Le mot #29 : spoiler

par Marjorie Bachot | le 26 septembre 2014

Non, il ne s’agit pas d’une invitation à la franche rigolade ni d’une séance dépilatoire. Il faut le prononcer /ˈspɔɪləʳ/ (« spoïleur ») vous l’aurez compris. On en entend beaucoup parler depuis quelques temps et encore plus avec l’arrivée de Netflix qui a créé un propre site dédié. Mais de quoi s’agit-il exactement?

Si le terme revêt plusieurs significations, c’est surtout dans les milieux artistiques et de l’entertainment qu’il est aujourd’hui le plus souvent utilisé. De l’anglais, to spoil, gâcher / gâter, il est en particulier employé pour désigner un document ou un texte qui dévoile tout ou partie de l’intrigue d’une œuvre (livre, film, jeu vidéo) et donc gâche le plaisir et la surprise de la personne de découvrir l’œuvre par elle-même. Nos amis québécois parlent de « rabat-joie » et le grand dictionnaire terminologique de l’Office québécois de la langue française propose même « divulgâcheur« . Très imagé, on adore ce mot-valise !

Mais si l’on revient aux origines étymologiques du mot « spoiler », on réalise qu’il est en fait issu de l’Ancien français espoillier (qui a donné « spolier » en français moderne), verbe provenant du latin spoliare signifiant « ruiner », « piller ». Le terme « spoiler » n’est donc pas à proprement parler un mot anglais mais bien un dérivé direct de l’ancien français.