Actu

Comme une envie criante
de tout partager

Peut-on nager à la vitesse de la lumière ?

par Jérôme Chiavassa-Szenberg | le 21 avril 2008

Le monde de la natation a vécu dernièrement des moments palpitants avec de nombreux records battus : pas moins de 39 d’entre eux ont été battus depuis mi-février 2008. Sur ceux-ci, 36 l’ont été par des nageurs portant une nouvelle combinaison : la LZR Racer de Speedo. Avec ses concurrents Arena et Tyr, Speedo est une marque dédiée à la natation. Elle est à la pointe de la recherche dans cette discipline sportive où l’on cherche à accroître les performances des nageurs par l’amélioration des maillots de bain. Dans cette optique, Speedo travaillait depuis plusieurs années à la mise au point d’un maillot de bain qui permettrait un gain sensible de temps sur les chronomètres. Ce maillot a pris la forme d’une combinaison qui donne, en petit bassin, le gain important d’une seconde sur 50 par rapport à un autre maillot. Il restait à nommer cette nouvelle combinaison.

Ce nom, c’est Nomen UK qui l’a créé en réfléchissant aux caractéristiques de la combinaison. D’abord le nom devait identifier les destinataires du nouveau produit : les nageurs de haut niveau, les nageurs de compétition. Le mot « racer » était tout indiqué puisqu’il désigne le coureur sportif, celui qui participe à une compétition sportive. De plus signifiant aussi « de course », il pouvait être accolé à un autre terme. Celui-ci fut « laser ». Car il s’agissait de refléter l’innovation technologique ainsi que les avantages procurés par la combinaison, notamment l’accroissement de la vitesse. Or, acronyme de Light Amplification by Stimulated Emission of Radiation, le laser est d’abord un outil électronique qui a révolutionné bien des domaines en produisant une lumière d’une grande pureté : elle est monochromatique – alors que la lumière solaire ne l’est pas. Cette lumière pouvant être guidée aisément (rayon laser) et concentrée jusqu’à obtenir de grandes puissances, elle est devenue un outil précis et inusable dans l’industrie, dans la chirurgie et en d’autres domaines encore. Elle évoque de plus une grande vitesse: c’est de la lumière, autrement dit ce qui a la plus grande vitesse possible dans la nature.

Il ne restait plus qu’à moderniser le mot laser en l’acronyme « LZR » pour obtenir « LZR Racer » c’est-à-dire, si l’on nous permet l’expression, un « laser de course ». Le message véhiculé par le nom est donc clair : à défaut de permettre réellement de nager à la vitesse de la lumière, son nom suggère à qui porte cette combinaison qu’il peut au moins s’en rapprocher et que, comparativement à ses adversaires non équipés, il sera aussi rapide et puissant qu’un rayon laser.