Pot-pourri de Noël

par Marjorie Bachot | le 8 décembre 2015

grumpy_cat_christmas_by_michu0022-d6z6lj6-710x434

Oups ! On voulait écrire « Marchés de Noël » et notre main a ripé sur le clavier. La fin d’année s’accompagne immanquablement de ses « traditionnels » marchés de Noël. Traditionnels entre guillemets car on se demande bien ce qui reste d’authentique dans la démarche. En effet s’ils font partie intégrante de la culture populaire et de l’héritage régional en Alsace, (notamment à Strasbourg, Mulhouse, Colmar ou encore Kaysersberg), en Lorraine (Metz), dans le nord de la Franche-Comté (Montbéliard) ainsi que dans toute l’Europe centrale, ils reflètent moins les identités culturelles des Halles ou des Champs-Elysées à Paris, pour ne citer qu’eux.

Petit détour historique

Les premières traces des marchés de Noël remontent au xive siècle en Allemagne, sous l’appellation « Marché de Saint Nicolas ». Le premier document relatant un marché de Noël est daté de 1434 sous le règne de Frédéric II de Saxe, évoquant un « Striezelmarkt » qui a eu lieu à Dresde le lundi précédent Noël. Plus tard, la Réforme a perpétué la tradition en le rebaptisant « Christkindlmarkt » (marché de l’Enfant Christ) pour lutter contre le culte des saints. Le marché de Noël de Strasbourg date de 1570, celui de Nuremberg de 1628. Au xixe siècle, le Christkindelsmärik (en alsacien) se tenait au Frohnhof (place aux corvées) entre la cathédrale Notre-Dame de Strasbourg, le palais des Rohan de Strasbourg et le musée de l’Œuvre Notre-Dame (actuelle place du château) et avait lieu huit jours avant Noël et jusqu’à la messe de minuit.

Christkindelsmarik

Quand l’appétit commercial prend le dessus…

Un important renouveau, considéré comme commercial, a eu lieu au milieu des années 1990. De nombreuses villes en Europe ont instauré leur propre marché de Noël avec des chalets et parfois des attractions (patinoire éphémère, grande roue…). Ces fameuses échoppes se sont peu à peu diffusées dans de nombreuses autres villes du reste du monde et connaissent un véritable succès (en atteste leur prolifération).

Le concept est simple à l’origine, on y trouve des articles de décoration de Noël (boules de sapin, santons, …), des produits régionaux ou artisanaux, des petits cadeaux et de quoi se restaurer (traditionnellement vin chaud, cannelle, gâteaux, pain d’épices). Il s’accompagne d’illuminations de Noël ainsi parfois que d’autres animations (spectacles de rue ou pyrotechniques, musique de Noël en ambiance sonore). Sur le papier, on retrouve bien l’esprit de Noël qui nous anime tous (…).
Dans les faits, la réalité des marchés de Noël est souvent bien différente : tartiflette au poisson géante, stands ultra brandés, didgeridoos, bracelets tressés, spécialités venues d’ailleurs… bref, c’est un peu la rencontre de Santa Claus et de la Foire de Paris !

Finalement, seuls les touristes semblent encore attirés par ces animations le plus souvent dépourvues d’âme et de bon goût… l’intérêt, c’est que ça ne dure pas longtemps. Allez, joyeux Noël quand même !

copyright photo : 

https://fr.wikipedia.org/wiki/March%C3%A9_de_No%C3%ABl#/media/File:Christkindelsmarik.jpg

http://www.focusur.fr/societe/actualites/2014/09/19/grumpy-cat-sera-star-dun-film-noel