Blog

Comme une envie criante
de tout partager

Sam, la mascotte aux multiples visages

par Mathilde Barbaria | le 30 décembre 2017

À l’approche des fêtes de fin d’année et à l’occasion de la sortie de la dernière campagne de la Sécurité routière, Nomen revient sur la naissance de Sam, capitaine de soirée.

En 2005, afin de sensibiliser les français à la conduite en état d’ébriété à l’approche des fêtes, la Sécurité routière lançait une campagne nationale de prévention autour du fameux capitaine de soirée. C’est alors que Sam voit le jour, personnage sympathique et universel aujourd’hui bien ancré dans nos esprits. Le nom SAM n’a pas été choisi par hasard puisqu’il est l’acronyme de Sans Accident Mortel. Il se veut également unisexe, court, et empreint d’une certaine bonhomie qui inspire confiance. Sa représentation est jusqu’alors restée plutôt abstraite : plutôt que de lui conférer un visage et donc une personnalité trop présente, Sam était représenté par un visage aux traits grossiers et enfantin. De quoi faciliter la projection de ceux qui endosse ce rôle le temps d’une soirée arrosée.

13925540_10154269399291217_8818279213901611272_o

Seulement voilà, 12 ans après sa création, la Sécurité routière a décidé de donner un coup de jeune à son personnage emblématique, en révélant son vrai visage, ou plutôt « ses visages ». Avec la campagne #RESPECTSAM et à travers un film réalisé par Stéphane Barbato, la Sécurité routière rend hommage à ce concept, mais aussi à une jeunesse à la fois épanouie et responsable. La Sécurité routière maintient sa ligne de conduite déculpabilisante et dédramatisée et propose une vision positive et optimiste du « faire la fête mais pas trop », en modernisant le concept de SAM, jusqu’à le rendre tendance.

25348317_10155794763611217_4674157749001173342_nLe concept de Sam est un exemple réussis du recours à une mascotte par une marque. Un nom mémorisable et efficace, une personnalité qui inspire confiance et une représentation qui laisse place à l’appropriation par le public ont participé à rendre ce personnage vivant, jusqu’à modifier positivement nos comportements.

Crédits photos :

Ckisam