Tous gagas de Pokémon Go

par Claire Nakkachi | le 2 août 2016

Si vous aussi vous allez à Porte de Bagnolet pour choper un « Poissi-Poissi-Poissirène » alors que vous habitez à Kléber, rendez vous à l’évidence : vous avez été happés par le phénomène Pokémon Go.  Avant d’être chasseur de Pokémon, nous étions facteur, serveur, créateur de noms… Depuis une semaine – ou davantage pour ceux qui n’ont pu attendre la version française, nous jurons seulement par Pokéball, Pokédex, Poképédia, PokéStop. Probablement le préfixe de toute une génération, puisque l’application enregistre 50 millions de téléchargements dans le monde en seulement 1 mois. Niantic, Nintendo, et Pokémon Company, les créateurs, ont même reçu les félicitations de YouPorn, puisque Pokémon Go est le mot-clé qui a dépassé l’historique leader de la recherche Google, « Porn ». Sortie le 24 juillet en France, l’application a révolutionné le marché du jeu vidéo. La raison, la réalité augmentée et la géolocalisation à la pointe. Ainsi, vous pouvez capturer des Pokémon à tous les coins de rue. Comme tout phénomène, le jeu attise l’intérêt des marques.

Capture 1

Pour partir à l’aventure et collectionner les Pokémon sans encombre, il faut être bien équipé. Monoprix l’a bien compris, et a lancé le « Pokémonop« , un corner dans son magasin à Saint-Michel, spécialement créé pour les dresseurs de Pokémon. Tous les joueurs présentant l’application ont bénéficié d’un kit de ravitaillement en série limitée, dans lequel on trouve, pêle-mêle, une batterie externe pour smartphone, une barre énergétique, des pansements pour ampoules, un brumisateur, une crème solaire et après-soleil. Cette excellente idée signée Rosapark a conduit une file interminable de 1000 à 1500 personnes s’entassant devant le supermarché avant même l’heure de rendez-vous.

212887_pokemon-go-attrapez-tous-les-clients-web-tete-0211150079320

Une fois équipé, encore faut-il savoir où aller pour faire une belle prise. La Startup Uperlife a confectionné « Paris Rare Pokémon », un radar permettant de géolocaliser les Pokémon rares sur Twitter. En suivant le compte Twitter dédié, vous recevez en temps réel des tweets révélant la planque des ces petits monstres.

Capture

Enfin, lorsque vous serez devant votre Pokémon, il vous restera à l’attraper, et là encore certains ont fait preuve d’ingéniosité. Un Australien, Jon Cleaver, a conçu une coque de smartphone optimisant la trajectoire de la Pokéball. Imprimée en 3D, cette petite merveille vous permettra de ne pas rater votre coup.

img_9904

Parodié, Pokémon Go a inspiré des opérations de sensibilisation. Saif Aldeen Tahhan, designer syrien parodie l’application à travers une campagne d’affichage. Celle-ci met en évidence les problèmes quotidiens que rencontrent les Syriens. Le but est de nous faire revoir nos priorités, entre capturer Pikachu et sauver des vies.

parodie-pokemon-go-syrie-2-700x495

Le designer n’est pas le seul à défendre la cause syrienne en surfant sur la vague Pokémon Go. Une organisation luttant contre le régime de Bachar-Al-Assad,  la Revolutionary Forces of Syria Media Office (RFS) a également lancé une campagne sur les réseaux sociaux, mettant en scène des enfants syriens tenant des dessins de Pokémon. Les pancartes portent un message : « je suis de Syrie…sauvez moi ». Le #PokemonInSyria accompagne ces images massivement relayées. Cette campagne virale avait pour objectif d’attirer l’attention sur les premières victimes de cette guerre, les enfants.

Capture

Le marché de l’amour s’est aussi emparé du concept pour lancer de nouveaux services. Ainsi, la start-up américaine Project Fixup a créé « PokéDates »,  un site de rencontre autour du jeu. Plutôt qu’une invitation au restaurant, bien trop conventionnelle, vous pouvez dès maintenant faire de votre rencard une chasse aux Pokémons.

pokedates-810x494

Chaque phénomène a son lot de copie ratée. Geeky Sex Toys, le site dédié aux sextoys a lancé une édition Pokémon. Difficile de voir Pikachu, Bulbizarre, Salamèche et Carapuce, les Pokémon de notre enfance, transformés en jouets sexuels. Entre les faits divers morbides et les dérives des marques, on se dit que l’effervescence c’est bien, mais pas trop longtemps non plus.

Crédits photos :

rue89.nouvelobs.com

business.lesechos.fr

creapills.com

geekirc.me

creapills.com

lemonde.fr

konbini.com