Paris comme extension de nom de domaine

par Claire Nakkachi | le 22 mars 2016

Internet ne trouve plus les mots pour créer des noms de domaine disponibles et attractifs. Alors que la sphère digitale semblait infinie de possibilités, elle est aujourd’hui engorgée. Qui n’a pas éprouvé une frustration intense en s’apercevant que les extensions « .com », « .fr » ou « .net » de son idée géniale étaient déjà réservées ?

Pour décrocher le Graal de l’extension générique disponible, il faut savoir jongler avec les mots et créer des combinaisons ingénieuses ou simplement acheter un nom préexistant à prix d’or. Selon une étude de l’Université de Cambridge, la création de noms de domaine ne cesse de s’effondrer, alors que le prix de revente lui atteint des sommets.

Afin de remédier à cette phase d’aphasie du net, l’ICANN (Internet Corporation for Assigned Names and Numbers) a pris en 2012 la décision d’étendre les noms de domaine de premier niveau. Parmi les nouveaux venus, figuraient notamment des toponymes.  Naturellement, les villes se sont empressées de créer leur propre extension. On a ainsi vu apparaître des «.berlin», «.miami» ou encore le «.paris». Le 10 mars 2016, la Mairie de Paris a mis en vente au public le nom de domaine parisien. Aucun critère d’attribution, seule prévaut la loi du ‘premier arrivé, premier servi’. Deux ans plus tôt, Paris avait déjà mis son extension entre les mains de 100 pionniers. En tête de liste, Citroën. Née sous la Tour Eiffel il y a 90 ans, la marque voulait revendiquer son attachement parisien jusque dans son URL.  Des start-up du web avaient également eu le privilège d’être parmi ces 100 précurseurs. C’est le cas de Ulule, le premier site de financement participatif européen, Five by Five, une agence dédiée à l’Open Data, ou encore le leFabClub, un laboratoire de fabrication numérique.

En achevant leur adresse par le nom de la capitale, ces ambassadeurs profitent de son rayonnement planétaire au-delà des frontières digitales. Alors, vous aussi précipitez-vous pour devenir un des heureux propriétaires de l’adresse parisienne la plus abordable !

Crédits photos:

Mairie de Paris