Dans la famille des anagrammes, je demande le palindrome et l’anacyclique

par Jérôme Chiavassa-Szenberg | le 30 avril 2015

Dans le domaine du naming, nous faisons souvent appel aux anagrammes et aux palindromes. Il serait donc peut-être temps de se pencher sur la signification étymologique de ces deux mots.

L’anagramme

Le mot anagramme nous vient du grec γραμμά /gramma/ préfixé par ἀνα- /ana/. Le mot gramma désignait « ce qui est dessiné », puis « ce qui se grave », d’où le caractère écrit, la lettre. Ce dernier sens est toujours conservé en français : un sinogramme est un caractère écrit chinois, par exemple.

Le préfixe ana- signifie quant à lui « en montant, en arrière, en sens inverse, de nouveau ».

On aurait donc pu s’attendre à ce que l’anagramme désigne le fait de pouvoir lire un mot en arrière, dans l’ordre inverse du sens de lecture. Mais ce n’est pas le cas. L’anagramme a un sens plus large qui inclut ce dernier d’une certaine façon. Il désigne en effet « une construction qui inverse ou permute les lettres d’un mot ou d’un groupe de mots pour en extraire un sens ou un mot nouveau ».

Quelques exemples : Marie / aimer / maire ; ironique / onirique.

UNEtaco

Le palindrome

Les mots qui peuvent se lire de droite à gauche ou de gauche à droite sont des palindromes. Le terme nous vient aussi du grec : πάλιν /palin/ « en tournant, en sens inverse, à reculons ; en recommençant » et δρόμος /dromos/ « course, allure rapide ; lieu de la course, stade ».

En français, c’est le palindrome qui désigne donc le mot ou le groupe de mots qui peut être lu indifféremment de gauche à droite et de droite à gauche.

Un exemple : salut / tu l’as ; elle ; rêver ; « Ésope reste ici et se repose » (créé par le fameux Maître Capello). Mais vous constatez que ci-dessus, le sens peut changer selon l’ordre de lecture. A strictement parler, le palindrome devrait avoir la même signification dans les deux sens de lecture. Raffinons donc !

L’anacyclique

Si l’on veut être plus précis, il faut donc introduire la notion d’anacyclique. Ce dernier est un mot ou phrase que l’on peut lire à l’envers ou à l’endroit. Le palindrome est un anacyclique particulier où la signification n’est pas modifiée par le sens de lecture. Sans entrer dans le détail, le mot nous vient du grec  ἀνακυκλικός /anakuklikos/, où l’on retrouve le ana- et le radical signifiant un cercle.

On comprend donc que dans les exemples précédents, salut / tu l’as est un anacyclique, et les autres des palindromes. Facile, non ?

Reste à nous demander quel est le rapport entre anacyclique et anagramme pour boucler la boucle. C’est très simple, et cela découle de leurs définitions : l’anacyclique est un anagramme ! Renversant, n’est-ce-pas ?